Résultats financiers Airbus du 1er semestre, la CGT avait vu juste !

Fin juillet, le groupe Airbus a publié ses résultats financiers pour le premier semestre 2021. En seulement 6 mois, l’entreprise a généré une marge de 2,2 milliards d’euros, ce qui correspond à un taux de rentabilité opérationnelle de 11% (marge / chiffre d’affaire).

Airbus : l’excellente situation financière

Ce taux est du jamais vu à Airbus. Tom Enders en avait rêvé en 2013, Airbus n’y était jamais arrivé avant 2020 mais le COVID l’a fait !

Ce résultat exceptionnel est d’abord le fruit du travail des salariés qui font face aux charges de travail élevées malgré la baisse des effectifs. D’autres facteurs ont aussi boosté de manière très significative la profitabilité de l’entreprise :

  • Les aides de l’État (2Md€ sur l’ensemble du groupe Airbus, France et étranger) sans contrepartie (activité partielle, activité partielle longue durée – APLD-, soutien R&D, …) ;
  • La baisse du budget R&D autofinancé ;
  • La baisse masse salariale suite aux départs volontaires du PSE ;
  • Les coupes dans les dépenses de sous-traitance et d’approvisionnement (supply chain) ;
  • Les commandes d’état (nouvelles et anticipées) par le secteur militaire et le spatial ;
  • Les économies immobilières liées au télétravail et à la baisse d’effectif ;

En 2020, nous avions dénoncé le catastrophisme injustifié de la direction, doublé d’un opportunisme. En 2021, nous pouvons dire que nous avions vu juste à la CGT Airbus. Voir les extraits de déclaration en fin de document.

Par ailleurs, tout au long de la crise, seule la CGT s’est opposée aux accords de régression sociale venant de la direction (récupération COVID, suspension du variable, gel du salaire, plan de suppression d’emploi, jour de travail supplémentaire, …).

Des conséquences sociales inacceptables

Alors que l’activité a déjà retrouvé son niveau de 2019 dans bien des secteurs de l’entreprise, les coupes sombres dans l’effectif (-15%) et dans la sous-traitance / intérim se traduisent aujourd’hui par :

  • Une surcharge de travail importante dans les équipes
  • La mise en place d’horaires plus contraignants et pénibles
  • De l’APLD qui continue à Airbus malgré les résultats exceptionnels (APLD financé avec l’argent public, dont 30% financé par Unedic et donc nos cotisations sociales)
  • Des NAO à seulement 1% en 2021

Les revendications CGT

“Il est toutefois indéniable que les années à venir seront difficiles.” disait Guillaume Faury dans sa lettre aux salariés le 11 septembre 2020. Oui, indéniablement, cette année 2021 est difficile pour les salariés mais beaucoup moins pour l’entreprise et les actionnaires au vu des résultats exceptionnels un an après le début du COVID. La CGT Airbus exige donc que la direction revienne vers les salariés pour redistribuer dès à présent les gains réalisés sur le premier semestre 2021.

Pour cela, nous revendiquons de :

  • Rouvrir les négociations NAO (rappel : inflation théorique est 1,9% sur un an) ;
  • Anticipation du retour à l’horaire variable dès aujourd’hui (prévue par accord au 1er janvier 2023)
  • Réduction du temps de travail sans baisse de salaire ;
  • Réaliser des embauches, notamment des jeunes ;
  • Améliorer les conditions de télétravail en urgence telles que le remboursement des frais d’installation, un forfait par jour de télétravail hebdomadaire, fourniture de tickets restaurant ;

 

Extraits de documents CGT publiés en 2020 :

“Il n’y a donc pas besoin d’un plan de suppression de 4248 emplois (PSE) annoncé par la direction.”  – Tract CGT du 15 septembre 2020

“Compte tenu de ces éléments factuels, la CGT Airbus appelle l’ensemble des salariés à refuser ce scénario noir dans lequel la direction souhaite nous entraîner. Au rythme de la reprise de production actuelle, il y aura près de 500 avions livrés en 2020, ce qui ramènera l’entreprise à l’équilibre financier.” – Tract CGT 2 septembre 2020

“Airbus est en train de transformer une crise conjoncturelle en crise structurelle. Il faut empêcher le massacre de cette filière en commençant par interdire les licenciements et les externalisations d’activités ou de cessions de sites.” – Déclaration CGT CSE-C 2 juillet 2020

“(…) le préalable de ce plan de soutien doit impérativement être l’interdiction de licenciements, (…) et comme « principe » la contrepartie sociale et le contrôle de toute AIDE PUBLIQUE (…) au regard de la responsabilité sociale légitime envers la collectivité et les territoires.” – Adresse CGT (4 pages) 7 juillet 2020

  Extrait déclaration de la direction d’Airbus en 2020 :

« En mode survie, tous ensemble » – Interview de Guillaume Faury – La Croix 2 juillet 2020

« Il est toutefois indéniable que les années à venir seront difficiles.” ou encore “ Nous devons donc nous préparer à une crise probablement plus profonde et plus longue que ne le laissaient supposer les précédents scénarios. » – Lettre de Guillaume Faury aux salariés du 11 septembre 2020 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *