NEGOCIATION AIRBUS : IL VA Y AVOIR DU LOURD, DU TRES LOURD

La CGT a rencontré la direction du groupe Airbus pour remonter les revendications et propositions qui s’expriment sur les différents sites du groupe parfois accompagnés de débrayages et de grèves.

A cette occasion, la CGT a notamment revendiqué l’ouverture de négociation :

  • Sur les conditions de travail
    • En production : L’organisation des équipes, les horaires de travail, le travail du week-end, l’activité partielle, les délais de prévenance…. Les salariés en ont marre d’être les variables d’ajustement. La CGT réclame l’ouverture de négociation dans chaque entreprise pour tenir compte des réalités et des contraintes vécues par les salariés. La CGT demande l’abandon des heures COVID à récupérer et le remboursement de celles déjà effectuées;
    • En ingénierie : Le télétravail a été généralisé dans l’urgence des conditions sanitaires. Il est temps de renégocier l’accord groupe télétravail pour tenir compte des demandes des salariés en préservant des conditions de travail acceptables ;
  • Avec le départ des intérimaires et des sous-traitants in situ, des PSE complètement injustifiés et des plans d’économies drastiques, nous constatons une recrudescence de la pénibilité, des surcharges de travail, des risques psycho-sociaux. Nous voulons négocier des plans d’embauche qui permettent de faire face aux charges de travail dans de bonnes conditions de travail et préservant l’équilibre vie professionnelle / vie privée ;

 

  • Sur les frais de santé et la prévoyance: le contrat Airbus auprès d’IPECA et des mutuelles est fortement excédentaire depuis de nombreuses années (plusieurs millions chaque années). Les réserves légales sont dépassées. La CGT demande la mise en cohérence des prestations et des cotisations. Il faut renégocier l’accord groupe.

La direction a pris note de nos demandes et n’écarte pas l’ouverture de négociation sur certains sujets comme celle sur les frais de santé ou le télétravail. Elle est aussi d’accord pour discuter (mais pas négocier) sur les horaires de travail en équipe.

La direction veut surtout mettre à l’ordre du jour, des négociations sur des sujets extrêmement sensibles.

La direction souhaite harmoniser les statuts sociaux des différentes entreprises du groupe. Le chantier est très important (temps de travail, rémunération, primes, classifications, santé ….) et cette négociation serait étalée sur plusieurs années. On peut y trouver des intérêts notamment pour faciliter les mobilités internes. Toutefois, le risque est grand que la direction veuille en profiter pour faire un alignement par le bas.

C’est ce que vient de vivre Airbus Commercial où les salariés bénéficient depuis la mise en place du jour de solidarité (mis en place en 2008, sous la présidence de M. Sarkozy) d’une exemption* de travailler (*paiement de cette journée par l’entreprise). Tout dernièrement et au nom de l’uniformisation avec les autres entreprises du groupe, la direction revient sur cet usage. Au contraire, la CGT demande que cet acquis soit généralisé à tous les salariés du groupe.

La direction ne cache pas son intention de prendre en compte, lors de cette négociation, les éléments encore en négociation au niveau de la Convention Collective Nationale de la Métallurgie. La direction se félicite que celle-ci prévoit le paiement au poste, c’est à dire la non reconnaissance des diplômes ou de l’expérience professionnelle. Elle parle d’une révolution car la rémunération des salariés sera établit en fonction du poste de travail occupé.

Pour rappel, la CGT premier syndicat de la branche Métallurgie, est hostile à ce recul sans précédent. Nous défendons une grille de classification qui prend en compte l’acquis théorique et la pratique professionnelle. Nous défendons une convention collective qui permette des déroulements de carrières harmonieux et non un système où les salariés pourront être déclassés au seul bon vouloir de l’employeur.

La CGT vous tient régulièrement informés de l’état des négociations de cette convention collective. Nous avons appelé à plusieurs mobilisations pour la réorienter vers le progrès social. Nous continuerons à le faire et vous engageons à vous rapprocher de vos délégués pour suivre les évolutions.

La CGT vous associera bien entendu aux négociations sur le statut social groupe. Nous inviterons les  salariés à exprimer leurs revendications et leurs attentes pour un statut digne du 21ème siècle. Nous vous informerons sur les discussions et s’il le fallait (et il le faudra certainement) nous prendrons nos responsabilités pour créer le rapport de force susceptible de conduire à de nouveaux conquis sociaux et refuser les reculs.

LE TRAVAIL A PLUSIEURS VISAGES. LA CGT A LE VOTRE

Prenez contact avec le syndicat de votre site !

 

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *